Un monde en changement (suite) 



 
Et maintenant, quelques textes de différents auteurs.


 

Le bon vieux temps ?

   On entend dire parfois que c'était mieux dans « le bon vieux temps ». Personnellement, je n'en suis pas du tout convaincu. La vie était plus simple, d'accord, mais sûrement pas plus facile à vivre. N'oublions pas que nos visions ne sont pas toujours objectives quand on regarde en arrière.

   Notre monde actuel est beaucoup plus ouvert qu'auparavant. Nous ne sommes plus soumis à de stupides contraintes religieuses, familiales ou autres ; que de blocages en sont nés. Un vent de liberté a balayé tout ça. À notre époque, quelqu'un qui possède un talent raisonnable et la volonté de réussir, peut envisager n'importe quelle carrière. Il peut vraiment choisir librement sa vie. Ce n'était pas le cas il y a quelques générations à peine. La technologie aidant, nous nous épuisons moins au travail. Il nous reste du temps et de l'énergie pour nos loisirs. Notre niveau de vie s'est aussi beaucoup amélioré, nous profitons d'un confort certain. Tous ces facteurs réunis, et d'autres encore, contribuent à nous procurer une meilleure santé mentale et physique, et par le fait même, une plus longue espérance de vie.

   Bien sûr, chaque époque apporte ses défis, et la nôtre n'y manque pas. Certains trouveront le moyen de trébucher quelque part. Souvent justement, à cause du trop grand nombre de possibilités qu'offre notre mode de vie actuelle. Ils veulent tout faire à la fois ; fascinant, mais épuisant. On peut se permettre de rêver au passé durant un court instant, mais prenons le temps de bien saisir la très belle époque que nous traversons présentement. Celle que certains nostalgiques appelleront plus tard, « le bon vieux temps ».

 

André A. Bernier



 
Une ère nouvelle

 

   Voici le printemps d'une ère nouvelle qui se déploie de façon parfaite. Tu en fais partie, et il t'apporte une vie nouvelle. Il apporte un sentiment de liberté et d'abandon complets, le sentiment de dépasser les anciennes manières confinées pour s'ouvrir à un nouvel horizon spacieux où n'existe aucune limitation. Sens-toi grandir et t'étendre dans toutes les directions, avec le sentiment que tout peut arriver à n'importe quel moment. Sois comme un coureur sur la ligne de départ, sur le qui vive, prêt à partir au signal du starter. Tant de choses se passent en ce moment, à tous les niveaux. Les changements se produisent et tu en fais partie, alors suis-les. Sois prêt à changer et change rapidement là où c'est nécessaire et au bon moment. N'hésite pas, ne reste pas en arrière. Pénètre tout droit dans ce qui se met en place, rapidement et sûrement, avec une foi et une confiance absolues.
 

Eileen Caddy



Un renouveau pour la planète

 

   L'humanité entre présentement dans l'Ère du Verseau. C'est un renouveau pour toute la planète. Un cycle se termine et un autre débute. Une nouvelle Terre veut s'instituer. Une ère de paix, d'harmonie et de richesses intérieures vous attend.

   Que de projets pour cette aube nouvelle, que de réalisations à venir ; que de choses s'achèveront aussi.
 
   Beaucoup de réalisations formidables s'accompliront. Vous êtes à la croisée des chemins. Une route s'ouvre devant vous. Êtes-vous prêts pour ce nouveau sentier d'abondance ? Votre éveil vous permettra-t-il de suivre la nouvelle cadence qui s'installe lentement mais inévitablement sur votre Terre ? Avez-vous ce désir de tendre vers la perfection, la lumière et l'amour qui caractériseront la prochaine ère ? Allez en vous et interrogez-vous ! Où en êtes-vous rendus ?
 
   Soyez réalistes et allez vers cette ère nouvelle. Déjà certains événements vous y préparent. Vous devrez accepter l'abandon des croyances anciennes et vous détacher de votre état d'inconscience pour accueillir des vérités et des manifestations divines. 
 
   Vous seriez rassurés si nous vous disions qu'il n'y aura pas de catastrophe lors du passage de l'Ère des Poissons à celle du Verseau. Mais il y aura beaucoup de chambardements ainsi que des expériences nouvelles et parfois troublantes. Mais nous pouvons vous certifier que l'aide divine vous sera accordée durant cette période de transition. L'évolution de l'humanité suit ce parcours.
 

Marie Bolduc


 

Quel progrès !
 

   Caroline sort de chez elle. Il pleut à verse. Elle est déçue de ne pouvoir utiliser sa bicyclette aujourd’hui. Elle se dirige d’un pas assuré, vers un Parc d’Échange et de Stationnement Automatique. A l’entrée, elle introduit sa carte bancaire dans l’automate, sélectionne une durée de location de 30 minutes, bien suffisante pour se rendre au collège, au sein duquel elle est professeur-documentaliste.

   Sa carte ressort de l’automate, tandis qu’une voix synthétisée l’informe que la voiture réservée porte le numéro 612, et que la porte d’accès au parking s’ouvre automatiquement. Une musique douce est diffusée à l’intérieur. Ses pas sont guidés par de petites lampes qui s’allument au sol, jusqu’à la voiture 612. Elle monte à bord et introduit sa carte dans la fente du tableau de bord. La voiture démarre. En elle même, elle se félicite du bon fonctionnement de celle-ci, se souvenant avec amertume de la dernière fois. Le véhicule était tombé en panne. Elle avait dû alors contacter la société de dépannage. Et elle avait frôlé la crise de nerfs, confrontée à un système automatique lui demandant de valider sur son clavier téléphonique le type de panne, l’endroit où elle se trouvait etc…
 
   Arrivée au collège, elle glisse sa main dans le système d’accès à contrôle biométrique. Ce système, outre la limitation de l'accès aux seuls élèves et enseignants, permet la gestion de l'absentéisme, envoyant automatiquement un courriel aux parents des élèves absents ou en retard. Elle pense à son amie Agnès, l'ancienne Conseillère Principale d'Education, qui a pris sa retraite, et que ce système a remplacée… Installée à son bureau, elle contemple avec nostalgie les rayonnages, garnis d’ouvrages, soigneusement inventoriés, qui bientôt disparaîtront. En effet, son collège sera bientôt équipé d’un Centre de Documentation Automatique. Ainsi, les élèves pourront consulter sur les écrans des ordinateurs de leur classe, n’importe quel ouvrage qui aura été numérisé. Ils pourront aussi télécharger depuis leur domicile ces mêmes ouvrages. Terminé les réprimandes à ceux qui n’ont pas rapporté leur livre, ou encore les recherches avec les élèves dans les différents dictionnaires.
 

   À midi, elle profite du temps de coupure pour aller faire quelques courses au centre commercial tout proche. D’ordinaire, elle commande tout sur Internet, directement depuis le petit terminal domestique installé dans sa cuisine, qui inventorie le contenu de son réfrigérateur et celui de ses placards, et lui propose de valider d'un simple clic, la liste préprogrammée de ses courses courantes. Mais aujourd’hui, elle doit se rendre au Guichet Bancaire Automatique, qui la renseigne sur les soldes de ses comptes. Alors elle profite de l’occasion pour aller faire quelques emplettes. Elle choisit quelques fruits, qu’elle pèse elle-même, puis se rend au rayon bricolage, désireuse d’acheter de la peinture. Une borne lectrice de code à barres la renseigne sur les différents prix. Puis elle pousse son chariot jusqu’à la caisse automatique. Elle regrette l’époque où elle discutait quelques instants avec la caissière. Maintenant, c’est elle qui passe ses articles devant le scanner et elle introduit ensuite sa carte de crédit dans le lecteur. 

   L’après-midi lui sembla long, sans la visite des élèves, qui préfèrent rechercher sur Internet les informations, plutôt que fureter avec elle dans les rayonnages, à la recherche du livre qui les renseignera. Ce soir, lorsqu’elle rentrera chez elle, elle ne verra pas Francis, son fidèle concierge. Les copropriétaires ayant décidé de le remplacer par un digicode au bas de l’immeuble. Quand à demain, si la pluie est toujours là, elle prendra les transports en commun pour aller travailler. En effet, la ville vient d’inaugurer un nouveau tramway entièrement automatique sans chauffeur. Quel progrès !!!

 

   Cette petite histoire peut sembler exagérée, mais si on y réfléchit bien, elle ressemble à certaines de nos journées… Où sont passés tous ces gens à qui nous avions affaire, au garage, à la banque, au supermarché, dans notre quartier ?

   Où sont passés tous ces métiers qui apportaient humanité, communication, échange, et qui faisaient la vie d’une communauté. Et les communes rurales ne sont pas les seules touchées par cette « désertification » de notre environnement. Il suffit de regarder certains quartiers de Bordeaux pour constater qu’en dehors des agences bancaires et des agences immobilières, il n’y a plus aucun commerce…  

   Combien de métiers qui ont disparu, au profit d’une automatisation, sous prétexte d’éliminer les taches pénibles et de réduire les coûts ?

    Aujourd’hui, il nous semble naturel d’utiliser des automates lorsqu’on désire faire le plein de nos voitures. On oublie qu’avant, un pompiste nous servait. Puis le pompiste a disparu et nous nous sommes servi nous-mêmes, payant à la caisse. Maintenant, même le caissier a disparu. Etait-ce si pénible comme métier ? Et le prix du carburant a-t-il baissé ? Idem dans les banques, où des guichets automatiques nous permettent de faire quasiment toutes les opérations. Au cinéma, de plus en plus de salles s’équipent de systèmes automatiques de vente de tickets. Et maintenant, c’est au tour des supermarchés de faire leur mutation vers l’automatisation. Adieu les caissières, ou hôtesses de caisse, selon le vocable consacré. Là aussi, était-ce des métiers si pénibles ? Combien d’emplois supprimés par cette automatisation de tâches autrefois dévolues à l’humain ? 


   On évalue, par exemple, à près de 170 000, le nombre d’emplois perdus si on automatisait l’ensembles des caisses dans la distribution. Alors bien sûr, on nous dira que ces emplois seront requalifiés et que de l’hôtesse de caisse, on passera à l’hôtesse commerciale qui aidera les clients en difficultés avec la machine… Mais ne nous leurrons pas, il n’y aura pas autant des unes que des autres… Et lorsque les puces RFID, intégrées aux étiquettes se seront généralisées, les hôtesses commerciales, elles aussi, auront disparu… Puisque le contenu du chariot, sera enregistré en une fraction de seconde sans même le vider !!!

   Il n’est pas question ici de refuser le progrès, ou de nier les apports de celui-ci en matière de confort, de qualité de vie ou de santé. De même, il est évident que l’implantation de ces caisses automatiques génèrera d’autres types d’emplois, peut-être mieux qualifiés. Quoique remplacer les caissières par des vigiles pour surveiller les clients et les caisses automatiques, n’impliquera pas nécessairement un besoin supplémentaire en qualification…

   Mais au-delà de cet aspect du progrès, on pourrait se poser la question du type de société que nous envisageons pour demain, pour nos enfants. Voulons nous d’une société déshumanisée, faite d’automates et de robots, et dans laquelle nous évoluerons en individus isolés, ne communiquant plus que par le biais de puces et autres cartes de crédit ? Et est-ce que toujours plus, toujours mieux représente la seule et unique voie d’avenir ? Vivons nous dans une société de consommation ou dans une société d’insatisfaction chronique ?
 

source : Trait d'Union, journal municipal de Saint Louis de Montferrand



Page suivante

Page d'accueil




 






 4-2 
 




Créer un site
Créer un site